Que sont les Siddhas ?


Les processus actuels dans la nature


La nature traverse des cycles temporels majeurs et mineurs, qui se répètent dans un ordre récurrent. Un cycle que nous, les humains, pouvons expérimenter directement est, par exemple, celui des quatre saisons : Printemps, été, automne et hiver. Chaque saison est caractérisée par une certaine énergie et une certaine humeur. Outre ces petits cycles du temps, il en existe de bien plus grands. Ceux-ci sont décrits dans les écritures védiques comme les quatre "yugas" (âges). Leur durée couvre le millième de notre vie. "Veda" signifie "connaissance". Il décrit la connaissance universelle et intemporelle des interrelations et des lois de la nature. Il y a environ 5 000 ans, ces connaissances ont été consignées par écrit dans les Védas par le Rishi (voyant) Vyasa afin de les préserver pour le cycle actuel. 

 

Le cycle actuel, qui se termine, est appelé Kaliyuga (âge des ténèbres). C'est la plus matérialiste et la moins harmonieuse de toutes les époques. On l'appelle aussi l'âge de la guerre, de la division et des conflits. À cette époque, l'humanité ne vit pas en harmonie avec la nature et les lois de la nature. L'égoïsme ainsi que le matérialisme ont le dessus. Par conséquent, les énergies disharmonieuses dans la nature continuent d'augmenter. 

 

Actuellement, l'humanité et la terre se trouvent dans un grand processus de bouleversement. Du point de vue de la nature, l'humanité et la Terre passent d'un Kaliyuga, l'âge le plus bas du point de vue énergétique et le moins harmonieux de tous les âges, à un Satyayuga, l'âge le plus haut du point de vue énergétique et le plus harmonieux de tous les âges. Dans un Satyayuga (âge de la vérité), les gens vivent paisiblement ensemble et en harmonie avec eux-mêmes, la nature et les lois de la nature. Cependant, avant de pouvoir entrer pleinement dans le nouvel âge, l'humanité doit se purifier et purifier la terre de tous les motifs égoïstes et des énergies intérieures et extérieures disharmonieuses. 

 

Le nouvel âge est celui des Rishis (voyants) et des Siddhas qui ont jusqu'à présent travaillé dans l'invisible et en arrière-plan pour la protection de la Terre et de l'humanité. Ces personnes et leur travail sont en train de redevenir visibles. 


Siddhas


Tout dans la nature est ensauvagé : les animaux, les plantes, les humains, les arbres, les planètes, etc. La conscience de chaque être vivant vibre sur un certain niveau de fréquence. Ce niveau de fréquence détermine la réalité à partir de laquelle un être vit et crée sa réalité. Plus le niveau de fréquence de la conscience est élevé, plus un être a réalisé l'amour inconditionnel, les intentions pures, l'intuition, l'altruisme, le pardon, la paix et la joie intérieures et plus il vit en harmonie avec sa véritable destinée et les lois de la nature et plus il est proche de la source la plus élevée. Plus le niveau de fréquence de la conscience est bas, plus la conscience est imprégnée d'amour conditionnel, de motifs égocentriques, d'attachements aux émotions et de blessures intérieures. Afin d'élever le niveau de fréquence, il faut un processus de transformation et de purification de la conscience, de tous les aspects qui abaissent la fréquence.

 

Lorsque l'âme quitte le corps, après la transition vers les dimensions spirituelles, elle se rend aux niveaux des mondes subtils qui sont en résonance avec sa fréquence d'âme. Tout comme il existe différents niveaux de conscience sur Terre, il en va de même dans les mondes spirituels. Ce qui est spécial sur la Terre, c'est que tous les êtres, quel que soit leur niveau de conscience, ont la possibilité de changer leur fréquence et d'évoluer vers plus d'amour inconditionnel, de pardon, etc. Cela élève l'état de l'âme dans les mondes subtils, ce qui influence les niveaux d'expérience que nous attirerons dans ce monde, mais aussi de l'autre côté après notre transition.

 

Étant donné que l'univers entier est habité et animé, il existe des entités non seulement sur Terre, mais aussi sur les plans subtils, qui ne sont pas visibles pour la plupart des gens, qui travaillent et opèrent à partir de différents niveaux de fréquence pour le bien de la Terre et de l'humanité. C'est particulièrement le cas aujourd'hui, en cette période de transition. Entre autres, il y a de nombreux anges, archanges, maîtres ascensionnés et beaucoup d'autres entités provenant d'autres niveaux remplis de lumière qui soutiennent le processus de transformation actuel. Dans les années à venir, nous aurons davantage de contacts avec ces avions et nous communiquerons avec eux de manière naturelle.

 

Il existe une sorte de hiérarchie naturelle dans la nature. Les êtres qui ont porté à la perfection les plus hautes qualités de conscience, telles que l'amour inconditionnel, le pardon, l'altruisme, travaillent depuis les plus hauts niveaux de la création. Leur être est imprégné de la plus grande bienveillance, pureté, miséricorde, harmonie et amour inconditionnel. Il est important de comprendre que plus le niveau de fréquence des êtres à partir desquels ils travaillent est élevé, plus leur travail est puissant et leurs bénédictions pour la Terre et l'humanité sont grandes.

 

Les êtres qui travaillent depuis le plus haut niveau lumineux de la création pour le processus d'ascension de l'humanité sont les 19 Siddhas. "Siddha" signifie "perfection". Ce sont des êtres, au-delà de la religion et du dogme, qui ont réalisé la plus haute conscience possible. Ils travaillent et œuvrent sans relâche pour la préservation et la protection de l'équilibre énergétique de l'homme et de la terre. Les Siddhas sont et ont été médecins, alchimistes, scientifiques, experts en pierres précieuses et yogis. Certains d'entre eux ont construit de puissants temples, qui comptent parmi les lieux de guérison et de pouvoir les plus importants de la planète.


Les 19 Siddhas


Il existe différents Siddhas dans le monde entier. Dans l'État du Tamil Nadu, dans le sud de l'Inde, il existe la lignée des 19 Siddhas, qui commence avec le Siddha Agastya. Certains des 19 Siddhas, comme Siddha Bhoga, auraient parcouru le monde de leur vivant. Il y aurait des traces écrites de Siddha Bhoga ayant enseigné en Chine sous le nom de Lao Tzu, entre autres, et s'étant également rendu en Amérique du Sud.  Dans la littérature, il y a des recoupements, mais aussi en partie des divergences en ce qui concerne la désignation des Siddhas qui sont comptés parmi les 18 Siddhas. Dans une salle du temple construite par Mahanandha Siddha, comprenant Ganesha et Subramnaya, les noms suivants des 18 Siddhas ont été gravés sur un mur de pierre par Sri La Sri Mahananda Siddha. En conséquence, les Siddhas suivants font partie des 18 Siddhas :

 

1er          Agastya               11ème     Idaikadar 

2ème     Bhoga                   12ème     Alukan 

3ème     Pambatti              13ème     Kalanginadar 

4e           Aegapai               14e           Konganar 

5ème     Kamalamuni        15ème     Karuvoorar 

6e           Korakkar              16e           Dhanvanthri (considéré comme un grand sage de l'Ayurveda)

7.            Ramadevar          17.           Cittaimuni 

8ème     Thirumoolar        18ème     Machamuni 

9.            Valmiki 

10ème   Sundarandar


1er Siddha Agastya Rishi


Sri Agastya Rishi ou Siddha Agastya est le premier Siddha de la lignée des 19 Siddhas et fait partie des Sapta Rishi, les sept grands sages et voyants. Il est un disciple direct de Shiva. Sri Agastya, comme mentionné ci-dessus, est considéré comme le père de la médecine ayurvédique traditionnelle indienne. On dit de lui qu'il est l'auteur de plusieurs écrits dans ce domaine. Il était également astrologue, alchimiste et yogi. Dans le Ramayana, une ancienne écriture indienne, son travail est mentionné à plusieurs reprises. Agastya est considéré comme l'un des principaux initiateurs des bibliothèques de feuilles de palmier en Inde. Durant sa vie sur terre, il était marié à Lubamitra. Pendant cette période, selon la légende, ils ont vécu un mariage exceptionnellement heureux. Aujourd'hui, tous deux travaillent à partir des mondes subtils et dirigent, entre autres, par le Jiva Nadi. 


19ème Siddha - Sri la Sri Mahanandha Siddha


Mahananda Siddha est le 19ème Siddha. "Maha" signifie "grand", "Ananda" signifie "félicité". Il est né le 13.12.1930 à Dharmapuriin, dans le district de Tamil Nadu. Mahananda Siddha était connu - avant de devenir un Siddha - pour avoir participé à la rénovation de temples depuis l'âge de 35 ans. L'histoire qu'il raconte sur la façon dont il est devenu un Siddha est profondément émouvante.

 

Le 25 décembre 2002 vers minuit, à l'âge de 72 ans, le Seigneur Shiva est apparu devant Mahananda Siddha et lui a dit qu'il était un Siddha avec une durée de vie de 500 ans. Lors de cette première rencontre, Shiva l'a envoyé sur la montagne sacrée de Mahadeva, près de Vellor, dans le sud de l'Inde. 

Après que Shiva lui soit apparu, Mahananda Siddha a laissé ses affaires pendant la nuit et s'est rendu en randonnée sur la montagne sacrée. Lorsqu'il l'atteignit, le Seigneur Shiva apparut à nouveau devant lui et lui dit comment vivre dorénavant. Il lui a ordonné de protéger la vie du peuple et de la terre.

Depuis 2009, Mahananda Siddha et plus de 120 ouvriers construisent un temple qui sera l'un des lieux les plus puissants de la planète en termes de Satyayuga. Il servira à protéger la terre et toute l'humanité.

Selon le Mahananda Siddha, toute personne qui visitera ce lieu à l'avenir sera libérée des influences karmiques et connaîtra la guérison. Mahananda Siddha dit que ce temple existera jusqu'à ce que l'univers se dissolve (pralaya). Entre-temps, plusieurs milliers de personnes visitent le temple chaque jour. Chaque personne reçoit un repas chaud.

Mahananda Siddha, avec l'aide de la puissante Siddhamedicine, a guéri de nombreuses personnes ces dernières années, y compris de nombreux enfants qui étaient sourds et muets de naissance.

 

En 2015, il a été informé par Sri Agastya par l'intermédiaire du Jiva Nadi que Mahananda Siddha était "Shiva".


Plus d'informations :